Que faire en cas d'échec

On parle d’échec lorsque la perte de poids est inférieure, à 25 % de l'excès de poids corporel, elle s'observe surtout en l'absence de suivi régulier.

Dans un premier temps il convient de :

  • "Reprendre en main" le patient, de le réintégrer dans un programme d'éducation thérapeutique
  • De procéder à un nouveau bilan multidisciplinaire avec participation au groupe support où le contact avec les autres patients est très profitable.
  • Quelquefois, la remotivation du patient et un meilleur suivi diététique améliorent la situation.

Quand l'échec technique est avéré

Il s'agit le plus souvent d'interventions purement restrictives :

  • En cas de cerclage gastrique, la dilatation de la poche de gastroplastie avec déplacement de l'anneau, nécessite la conversion en gastric bypass
  • En cas de gastroplastie verticale calibrée, intervention actuellement déconseillée, le rétrécissement serré, nécessite une conversion en gastric bypass
  • En cas de gastrectomie longitudinale, l'échec, lié à une dilation du montage, nécesssite une recoupe opératoire, voire une conversion en gastric bypass
  • En cas de gastric bypass :
    • Si la poche de gastroplastie s'est dilatée, une recoupe est possible avec mise en place d'une bande préventive de dilatation pour renforcer la restriction
    • Si l'anse alimentaire est jugée trop courte, on peut la rallonger pour augmenter la malabsorption

L'échec persiste

Dans 1 % des cas environ, rien n'y fait, la hiérarchie des interventions a été réalisée, d'anneau en gastrectomie longitudinale, puis en gastric bypass. Il s'agit d'une obésité que j'appelle maligne, liée à un style de vie non corrigé avec troubles du comportement alimentaire et sédentarité persistante.

Le traitement dans ce cas est d'ordre psychothérapique et non chirurgical.

Exceptionnellement

Le patient et son entourage ne se font pas à la nouvelle vie, aux nouvelles contraintes et dans ce cas, la remise en l'état original du circuit digestif peut être envisagée.