Complications et mortalité

Le risque zéro est il possible ?

Je me suis attaché à approcher le risque zéro grâce à un protocole péri opératoire basé sur 3 recommandations que j’ai mis au point.

  1. La Laparoscopie grossit la vision jusqu’à 18 fois, permettant d’opérer avec précision et minutie comme en microchirurgie, ce qui prévient les complications opératoires.
  2. Une parfaite cicatrisation avec prévention des fistules ou lâchage de suture est obtenue par le contrôle pendant l’opération de l’étanchéité « comme une soudure », ce qui est confirmé le lendemain de l’opération par un TOGD à la gastrografine. Dès lors le patient peut s’alimenter mais liquide et par cuillérées selon le protocole de rééducation alimentaire.
  3. La prévention des phlébites des membres inférieurs avec son risque d’embolie pulmonaire est assurée pendant l’intervention par des bas de compression automatique intermittente qui reproduisent la circulation veineuse. Le soir de l’intervention le patient est mobilisé et assis. Le lendemain il se lève et marche avec des bas de circulation, il a des massages et des anticoagulants.

Ainsi les 2 grandes causes de complication et de mortalité péri opératoires : la fistule (source de péritonite et de septicémie) et la phlébite (cause d’embolie pulmonaire) sont prévenues.

Expérience personnelle 

J’ai personnellement réalisé une étude prospective comparant les 3 principales techniques : cerclage gastrique, agrafage, gastric bypass qui a montré les avantages et inconvénients de chacune d’entre elle.

Il n’y a pas eu de mortalité.

Le cerclage gastrique s’est avéré la technique la plus facile et la moins lourde, mais les résultats à long terme, ont été entachés de plus de 3O % de complications. Alors que le gastric by pass, technique plus difficile, a donné les meilleurs résultats à long terme, tant en perte de poids, qu’en correction des maladies associées et en confort alimentaire.

L’étude initiale présentée à l’Académie de Médecine avec un recul de 1 an, a été réactualisée 5 ans plus tard et les résultats se sont avérés stables à long terme. C’est cette étude qui m’a conduit à préciser les caractéristiques des interventions en termes de perte de poids, guérison des maladies associées, convivialité alimentaire, qualité de vie.

Lors des dernières Journées Internationales de Nice, j’ai pu présenter 1 000 cas opérés dont 100 cas opérés après échec d’une intervention restrictive ; avec d’excellents résultats et sans mortalité.

Tous ces travaux confirment donc, d’une part l’irréductibilité de la maladie et, d’autre part l’efficacité de la chirurgie de l’obésité sur la perte de poids, avec ses conséquences, guérison de la majorité des maladies associées et suppression du risque de mortalité.